Première période

Confinez-vous tout en restant connecté au monde !

On reste chez soi avec le Cnam
Au Conservatoire, haut lieu de création de savoirs, la situation actuelle renforce notre idée que la communication, particulièrement publique, dispose d’une véritable responsabilité sociale et doit jouer un rôle éminemment citoyen. Celui de vous informer, celui de créer du lien et du sens, mais aussi celui de vous accompagner au quotidien en vous proposant des contenus éditoriaux originaux propres à irriguer le débat public, à décrypter l’actualité, à lutter contre le désordre informationnel….

Lundi 23 mars - Classe initiale spécifique en DCG

PAULINE classe initiale

"Expert-comptable est un métier ennuyeux."

C'est faux. L’expert-comptable jongle avec des problématiques diverses, dans le domaine comptable mais aussi social, fiscal et juridique. Les tâches qui lui incombent sont variées tout comme les profils de ses clients, l’expert-comptable n’a donc pas le temps de s’ennuyer.


"Il faut être bon en maths pour être expert-comptable."

C'est faux. La comptabilité et les mathématiques sont deux disciplines distinctes. En comptabilité, pas de géométrie, ni d'algèbre, mais de l'arithmétique (addition, division, multiplication, soustraction).


"Comptable et expert-comptable, c’est pareil."

C'est faux. Le comptable enregistre les opérations fiscales d’une entreprise et effectue des déclarations fiscales. L’expert-comptable quant à lui accompagne la direction dans de nombreux domaines. Leurs missions sont donc différentes.


" L'Expertise comptable est un univers d'hommes."

C'est faux. Aujourd’hui, 45% des stagiaires sont des femmes et la part de femmes experts-comptables inscrites au tableau de l'Ordre est de 26,47%, un chiffre qui ne cesse de croître.


Les métiers de la comptabilité souffrent de nombreux préjugés et les formations pour y accéder aussi! Alors, il est temps de découvrir avec nous le DCG, diplôme de comptabilité et de gestion, premier jalon bac+3 vers l’expertise comptable.
De l’anglais à la comptabilité et de la communication au contrôle de gestion, il faut savoir jongler entre une multitude d’expertises et de compétences, avec dextérité et opiniâtreté. Pour ne pas perdre d’unités d’enseignement (UE) en route, l’Intec vous accompagne avec un programme de préparation renforcée: la classe initiale spécifique.
Nous vous proposons d'explorer aujourd’hui cette modalité à travers le témoignage d’une élève, les éclairages d’un enseignant et les détails du programme.

Soraya Oulaldj

DECOUVRIR

Dimanche 22 mars - L'oscillation silencieuse du pendule

Pendule de FoucaultUne simple sphère métallique qui oscille suspendue à un filin. Aussi curieux que cela puisse paraître, c’est grâce à cette expérience rudimentaire, éprouvée dans une version récréative par nombre d’enfants, que Léon Foucault confirma la rotation de la Terre sur son axe! D’abord dans une cave située au carrefour des rues d'Assas et de Vaugirard puis sous l’immense voûte du Panthéon, dans la salle de la Méridienne de l’Observatoire de Paris ou dans l’église Saint-Martin-des-Champs du Conservatoire des arts et métiers, le Pendule du Foucault. Pour la petite histoire, le public resta longtemps incrédule, et obligea le physicien et astronome à inventer l’année suivante le gyroscope, dont l’un des modèles est toujours exposé au Musée des arts et métiers. 

Cette démonstration visuelle de la rotation de la terre offrait pour Umberto Eco «quelque chose de patent et quelque chose de mystérieux». Le mouvement du pendule invite en effet autant à la démonstration scientifique qu’à la méditation personnelle. Et c’est certainement Nasro Chab, médiateur scientifique en langue des signes française au musée, qui synthétise le mieux cette oscillation entre science et émerveillement dans cette vidéo tournée à l’occasion de l’exposition Laboratoire de l’art.

Olivier Gilot 

S'émerveiller

Samedi 21 mars - Les invisibles travailleurs du clic

 

Antonio Casilli au Cnam

Toutes les plateformes que nous utilisons au quotidien, comme Google, Facebook, Twitter ou Netflix, et que nous sollicitons de manière encore plus effrénée depuis le début de la crise pandémique et du confinement, semblent nous obéir au doigt et à l’œil. Pourtant, derrière nos écrans et leurs interfaces, fourmillent les invisibles travailleuses et travailleurs du clic, comme les nomment la mini-série documentaire réalisée par Henri Poulain et disponible gratuitement sur France TV Slash.

Coup de projecteur sur ce monde trop souvent ignoré avec Antonio Casilli, enseignant-chercheur à Télécom ParisTech et chercheur associé à l’EHESS, spécialistes des réseaux sociaux en ligne, des plateformes numériques et du digital labor, à l'occasion de sa carte blanche « La servicialisation du vivant : capitalisme, données et machines »​ au musée des Arts et Métiers. 

Ariane Batou-To Van

Approfondir

Vendredi 20 mars - Les conférences de Marie Curie au Conservatoire

Marie Curie par C215

En cette fin d’année 1911, Paris batifole. À la gare du Nord, on accueille le «chérubin du ring», champion d’Europe des poids welters. Au théâtre de l’Ambigu, on ridiculise ces Messieurs les Ronds-de-cuir et les us bureaucratiques. Dans les salles obscures, on s’amuse devant Little Moritz enlève Rosalie. Certes, on s’entretue en Cyrénaïque et en Tripolitaine, on s’écharpe de Wuchang à Canton, on s’étripe dans les campagnes mexicaines. Mais tout cela semble si loin! Les passions françaises se cristallisent plutôt autour d’une «douloureuse affaire dans le monde savant». Maria Skłodowska, une «Polonaise ambitieuse», est accusée d’avoir enlevé de sa vie de famille et détourné de ses devoirs conjugaux un éminent professeur du Collège de France, père de quatre enfants et de cinq ans son cadet! De la fuite imaginaire des deux amoureux en Belgique en passant par les accusations d’une épouse trompée et d’une belle-mère amère jusqu’à la publication d’extraits de lettres intimes, «cette relation coupable» s’étale alors à la Une de tous les journaux.
 

« Cette étrangère, qui pousse un père de famille hésitant à détruire son foyer »

On se déchaîne alors contre la «vestale du radium». On assiège sa maison aux cris de «Dehors l’étrangère» et de «Voleuse de mari». On glose sur ses origines juives comme sur ses liens avec les dreyfusards ou les huguenots. On se félicite qu’elle n’ait pas été élue à l’Académie des sciences au nom de l’inéligibilité des femmes! On raille son seul titre de gloire : être la «veuve de l’illustre inventeur du radium». On s’effraie à l’idée que «cette étrangère» puisse demeurer professeure au sein d’une «Sorbonne métèque et enjuivée»… Par un curieux hasard, les attaques les plus virulentes cesseront brusquement le 11 décembre. Il faut dire aussi que ce jour-là Marie, désormais baptisée Curie, reçut, pour la seconde fois et dans une nouvelle discipline, la plus haute distinction que l’on puisse décerner à une scientifique. Dès lors, on célébra un peu partout « a plus grande femme de la nation française» dont les travaux sur le polonium et le radium lui ont valu, chose inédite, un second Nobel.

«L’importance des propriétés de la matière que nous révèlent les radioéléments n’a cessé de grandir»

Cette reconnaissance, aussi soudaine que tardive, vaudra à Marie Curie d’être conviée dans de nombreuses universités, grandes écoles, académies et autres sociétés savantes… pour y jouer un véritable rôle de diffusion de la culture scientifique et de passeuse de science. Ce sera notamment le cas au Conservatoire d’abord le 7 mars 1920 puis le 14 février 1927, dans le cadre des Conférences d'actualités scientifiques et industrielles, cycle public ouvert à toutes et à tous, et se déroulant les lundis et jeudis dans l’amphithéâtre A à 17h30 précises. Deux conférences sur Les radioéléments et les radiations dont la première débutait par ses mots: «depuis une vingtaine d’années que la découverte du Radium a été faite, l’importance des propriétés de la matière que nous révèlent les radioéléments n’a cessé de grandir…».

Yvan Boude

BOUTON VOYAGER

Jeudi 19 mars - "Don't look !"

Don'lt look

Suivre une petite fille partie à la recherche de son chien disparu dans un sombre complexe désaffecté, et explorer l’environnement en contrôlant sa lampe torche grâce à son regard, ça vous tente? C’est le principe de Don’t Look, un jeu vidéo conçu par cinq étudiants de première année du master international jeux et médias interactifs numériques du Cnam-Enjmin. Un gameplay qui a enflammé les membres du jury de la première édition des Pégases, les Oscars du jeu vidéo, et permis à l’équipe du Conservatoire de rafler le très attendu prix du meilleur jeu étudiant! Prêt à relever le défi?

Jouer